La magie du blanc (partie 2)

Alors une fois la chambre de notre fils au sous-sol toute belle, toute blanche et toute neuve, par un fabuleux effet de contraste, le palier-buanderie qui la dessert et la cage d’escalier, restés en l’état, avaient des allures de musée des horreurs, en mode deux-salles-deux-ambiances. C’est à dire qu’en gros, pendant près de 4 mois, c’était ambiance Halloween à chaque fois que je descendais faire une lessive :

Il n’a jamais été question d’allouer un budget pour des travaux de doublage des murs dans cet espace-là, il ne s’agit donc pas d’un projet à proprement parler. Il serait plutôt question ici d’un besoin : celui que ce lieu de passage qui non seulement dessert une chambre et le jardin (et plus tard une salle d’eau) mais aussi dans lequel se trouve la machine à laver (que je fréquente à peu près un jour sur deux), soit un minimum accueillant, voire même – soyons ambitieuse – agréable à traverser.

Je ne voix qu’une seule solution : le blanc.

La mise en œuvre

Avant tout chose, impossible de se soustraire à la longue préparation de protection de l’escalier et de la porte, tâche que je mettrais deuxième sur ma liste des tâches les plus ingrates en matière de travaux, juste derrière le ponçage des joints de placo, mais ce n’est pas le sujet. Petite consolation : pas besoin de protéger le sol d’origine en béton, car il est destiné à être refait.

Si l’espace à repeindre est plutôt petit et n’excède pas les 7 m², il reste très contraignant car il faut prendre en compte deux paramètres :

1- Le panachage de matériaux

Les nouvelles cloisons sont en placo brut et ne posent pas de problème particulier. Par contre, les murs d’origine sont mi-carrelage, mi-plâtre, avec aussi un linteau en béton grossier au dessus de la porte qui donne sur le jardin. Pour couronner le tout, les trois colonnes porteuses qui soutiennent la trémie de l’escalier sont en fonte (et de couleur indéfinie, ni tout à fait grise, ni tout à fait marron).

Nous avons pris le parti de ne pas enlever le carrelage de peur que le plâtre sur lequel il est collé ne vienne avec. Avant de peindre, il a donc fallu appliquer une sous-couche d’accrochage pour le carrelage (activité déplaisante s’il en est, troisième sur ma liste des tâches ingrates, à égalité avec la troisième couche de peinture, vous savez, celle qui est nécessaire mais qui ne se voit pas).

2- La tuyauterie

C’est dans cet espace que se trouve non seulement la chaudière, mais aussi un radiateur et un important réseau de tuyaux de cuivre qui courent le long d’à peu près TOUS les murs, mais aussi au plafond.

Heureusement, notre peinture de prédilection (Ripolin Extrême blanc mat) convient à la mise en peinture des radiateurs et de leurs tuyauteries.

Par ailleurs, nous avons ressorti notre super pote le pistolet à peinture airless, parfait pour venir à bout de toutes les surfaces à formes alambiquées telles qu’un enchevêtrement de tuyaux ou un radiateur plein de creux et de saillies.

On en a profité au passage pour faire un petit ragréage, histoire que le lave-linge cesse enfin de se balader en long, en large et en travers sous prétexte que sa majesté ne repose pas sur un sol tout à fait plat.🙄

Le résultat

Après avoir triomphé du mal de la laideur une première fois (voir l’article), la magie du blanc a encore frappé !

C’est pas non plus le château de Blois, mais l’espace est devenu neutre dans le bon sens du terme: on peut enfin traverser cette partie de la maison sans être saisi d’épouvante, et descendre au niveau inférieur devient presque agréable. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’aime aller faire des lessives, mais disons simplement que j’ai moins l’impression de devoir franchir le portail des Enfers.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s