Autorénovation: La question des finitions

Dans un précédent article, je m’inquiétais de ce que tous les gens qui ont fait des travaux chez eux nous disent qu’une fois qu’on a emménagé, la motivation s’en va et les travaux n’avancent plus. Or depuis notre emménagement nous avons gardé un rythme soutenu et nos travaux continuent d’avancer. Donc… Par contre, quelqu’un nousPoursuivre la lecture de « Autorénovation: La question des finitions »

La magie du blanc (partie 2)

Alors une fois la chambre de notre fils au sous-sol toute belle, toute blanche et toute neuve, par un fabuleux effet de contraste, le palier-buanderie qui la dessert et la cage d’escalier, restés en l’état, avaient des allures de musée des horreurs, en mode deux-salles-deux-ambiances. C’est à dire qu’en gros, pendant près de 4 mois,Poursuivre la lecture de « La magie du blanc (partie 2) »

Création d’une chambre au sous-sol

Or donc, lorsque nous avons emménagé, les travaux pour créer la troisième chambre destinée à notre garçon étaient à peine commencés par manque de temps, alors qu’il s’agissait d’un chantier prioritaire. Aussi, après un mois d’efforts assidus à mettre les bouchées doubles et de nuits passées dans le salon sur le canapé-lit pour laisser notrePoursuivre la lecture de « Création d’une chambre au sous-sol »

Remplacer la porte d’entrée

Vous commencez à connaître mon aversion pour notre porte d’entrée, vestige d’une première rénovation faite dans les années 70. Certes d’une incroyable laideur, celle-ci est toute en chêne et d’excellente qualité, comme en témoigne son parfait état 50 ans après sa pose: nous ne pouvons donc pas lui reprocher d’être abîmée. Rien hélas ne justifiaitPoursuivre la lecture de « Remplacer la porte d’entrée »

Survivre dans les pièces pas (encore) rénovées

(Les parents pauvres de la rénovation: le retour) Or donc nous devons maintenant vivre avec une salle de bain des années 70 et une cuisine bien-mais-pas-top (voir l’article). Ces pièces ne pouvant être rénovées dans l’immédiat, il faut trouver le juste milieu entre un aménagement qui soit à la fois provisoire et susceptible de durer.Poursuivre la lecture de « Survivre dans les pièces pas (encore) rénovées »

Emménagement: ma maison est en carton

Or donc, immédiatement après l’emménagement, c’est le chaos absolu mais on se dit que c’est une bonne chose de faite. Puis très vite cette sensation de satisfaction se dissipe pour laisser place à la prise de conscience suivante : il faut faire quelques agencements tout de suite car la semaine va être chargée entre le travail,Poursuivre la lecture de « Emménagement: ma maison est en carton »

4 pièges à éviter en autorénovation quand on n’y connait rien

♫ Fables enchantées de la rénovation ♫♪ Je me suis aperçue à ce stade de mon expérience que, n’ayant jamais été confrontée auparavant au monde dé-li-cieux des travaux, ma vision de ce qu’il était possible de faire en un délai si court était totalement irréaliste. Il y a en particulier quatre aspects où je mePoursuivre la lecture de « 4 pièges à éviter en autorénovation quand on n’y connait rien »

Peinture pressante

Nous emménageons maintenant dans une semaine et le séjour est actuellement comme ça : Le salon, heureusement déjà entièrement détapissé, devait être rénové de la même façon que les chambres. Sachant qu’il nous faudrait au moins cinq jours pour passer les différentes couches de peinture et poser le papier peint, alors que nous n’avons même pasPoursuivre la lecture de « Peinture pressante »

Les parents pauvres de la rénovation

Budget oblige, il a fallu déterminer les chantiers prioritaires, et ceux qui devraient attendre. Et les grands perdants sont… La cuisine En gros pour être nominé au budget, point ne suffit d’être démodé, même outrageusement (cf la porte d’entrée), il faut être dangereux, inutilisable, problématique ou pas aux normes (les travaux de rafraîchissements, plus coûteuxPoursuivre la lecture de « Les parents pauvres de la rénovation »

La porte-fenêtre

Les années 70 n’ont pas charrié que de la bonne musique, elles ont aussi laissé des menuiseries fâcheuses chez les gens. Comme chez nous, par exemple, qui avons une porte d’entrée d’une grande laideur (voir post précédent). Et comme si un seul exemplaire ne suffisait pas, la porte de la cuisine qui donne sur lePoursuivre la lecture de « La porte-fenêtre »