IPN apparente : 4 manières de l’adopter

Si vous n’avez encore jamais eu affaire à une poutre IPN, tapez 1 il s’agit en gros d’une poutre métallique le plus souvent en acier qui vient remplacer le mur porteur pour faire son job en CDI. Son nom délicieux signifie profilé en I à Profil normal. Si vous avez au contraire déjà eu personnellementPoursuivre la lecture de « IPN apparente : 4 manières de l’adopter »

DIY: Votre sol peint en 6 étapes

Côté buanderie, je vous ai laissés il y a un an avec des murs tout-beaux-tout-blancs mais avec un sol tout pourri, en béton texturé moche et criblé de projections d’enduit, de colle, de mortier et de joint de placo: Alors que moi, je rêvais de ce motif « cubes »: Mais manque de bol, l’escalier, le radiateurPoursuivre la lecture de « DIY: Votre sol peint en 6 étapes »

Rénovation : on a dit banco pour des volets roulants solaires

Or donc, ce n’était pas prévu, mais nous avons fait installer des volets roulants solaires. Tout a commencé cet hiver, quand nous n’avons pas eu d’autre choix que de faire abattre le magnolia géant qui trônait au milieu du jardin. Ses branches surplombaient le toit et ses racines avaient commencé à gravement endommager une évacuationPoursuivre la lecture de « Rénovation : on a dit banco pour des volets roulants solaires »

Carrelage: Réussir ses joints noirs

Or donc pour la petite salle d’eau de 2,16m2 que nous avons créée au sous-sol, nous n’avons pas eu à tergiverser 107 ans pour le choix des revêtements puisque nous avions déjà des idées bien arrêtées sur la question avec des inspirations d’une précision chirurgicale : Bref, nous voulions des carreaux de 20 cm blancs posésPoursuivre la lecture de « Carrelage: Réussir ses joints noirs »

Autorénovation: La question des finitions

Dans un précédent article, je m’inquiétais de ce que tous les gens qui ont fait des travaux chez eux nous disent qu’une fois qu’on a emménagé, la motivation s’en va et les travaux n’avancent plus. Or depuis notre emménagement nous avons gardé un rythme soutenu et nos travaux continuent d’avancer. Donc… Par contre, quelqu’un nousPoursuivre la lecture de « Autorénovation: La question des finitions »

La magie du blanc (partie 2)

Alors une fois la chambre de notre fils au sous-sol toute belle, toute blanche et toute neuve, par un fabuleux effet de contraste, le palier-buanderie qui la dessert et la cage d’escalier, restés en l’état, avaient des allures de musée des horreurs, en mode deux-salles-deux-ambiances. C’est à dire qu’en gros, pendant près de 4 mois,Poursuivre la lecture de « La magie du blanc (partie 2) »

Création d’une chambre au sous-sol

Or donc, lorsque nous avons emménagé, les travaux pour créer la troisième chambre destinée à notre garçon étaient à peine commencés par manque de temps, alors qu’il s’agissait d’un chantier prioritaire. Aussi, après un mois d’efforts assidus à mettre les bouchées doubles et de nuits passées dans le salon sur le canapé-lit pour laisser notrePoursuivre la lecture de « Création d’une chambre au sous-sol »

Survivre dans les pièces pas (encore) rénovées

(Les parents pauvres de la rénovation: le retour) Or donc nous devons maintenant vivre avec une salle de bain des années 70 et une cuisine bien-mais-pas-top (voir l’article). Ces pièces ne pouvant être rénovées dans l’immédiat, il faut trouver le juste milieu entre un aménagement qui soit à la fois provisoire et susceptible de durer.Poursuivre la lecture de « Survivre dans les pièces pas (encore) rénovées »

Les parents pauvres de la rénovation

Budget oblige, il a fallu déterminer les chantiers prioritaires, et ceux qui devraient attendre. Et les grands perdants sont… La cuisine En gros pour être nominé au budget, point ne suffit d’être démodé, même outrageusement (cf la porte d’entrée), il faut être dangereux, inutilisable, problématique ou pas aux normes (les travaux de rafraîchissements, plus coûteuxPoursuivre la lecture de « Les parents pauvres de la rénovation »

De la nécessité d’un vestibule

Oh…encore trois fois rien: il s’agit de créer de toute pièce un vestibule là où manifestement il n’y en a pas, puisqu’on rentre directement dans la salle à manger. Un vestibule, c’est la vie. Pas de vestibule, c’est la chienlit : manteaux jetés sur le premier meuble qui se trouve sur notre chemin (souvent une chaisePoursuivre la lecture de « De la nécessité d’un vestibule »